Dons au Musée d'Archéologie nationale

Fondation La Marck

En 2019, la fondation a financé l’acquisition par le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain d’un trésor national : le masque de Conflans, dit aussi masque Montherlant.

 

Ce masque est en fait une visière de casque d’officier romain. Il était utilisé non pas au combat mais à la parade. Celui-ci a été découvert en 1908 lors de travaux à Conflans-en-Jarnisy (Meurthe-et-Moselle). Il était dans un coffre en bois avec d’autres objets funéraires tels que des vases en terre cuite. Ces masques sont très rares sur le territoire de la Gaule romaine (masque de Chassenard, dans l’Allier, au MAN), un peu moins aux frontières de l’empire où stationnaient d’importantes garnisons (masque de Hellange, frontière sud du Luxembourg, au MNHA). Tous sont d’une grande qualité d’exécution, qui en fait de véritables œuvres d’art. L’ensemble masque plus casque trouvé en 2010 à Crosby Garrett (Cumbria) en fournit un exemple spectaculaire.

 

         

 

Le masque de Conflans peut être daté de la première moitié du 1er siècle après J.C. Il a figuré dans la collection du docteur Coliez, de Longwy, et été proposé en 1919 au MAN, qui n’a pas pu l’acheter faute de moyens. En 1941, Henry de Montherlant, qui avait décidé de se constituer une collection d’antiques, a pu l’acquérir. Une fois en sa possession, le masque est vite devenu un objet fétiche, qu’il brandissait devant les visiteurs ou s’appliquait sur le visage quand on voulait le photographier. Il avait même exprimé le souhait d’être enterré avec. Aussi, après sa mort en 1972, la presse s’est inquiétée de voir ainsi disparaître à jamais ce vestige archéologique. L’héritier de Montherlant a finalement renoncé et conservé le masque. Il est réapparu lors de la vente de la collection Montherlant par Artcurial de novembre 2017, celle-là même où Jean-Luc Martinez nous avait mobilisés pour une péplophore grecque. Après classement au titre des Trésors nationaux, le ministère de la Culture a entamé des négociations avec l’acheteur pour l’entrée de l’objet dans les collections nationales. C’est alors que M. Martinez nous a alertés sur la situation de ce masque.

 

Resté dans son jus, le masque de Conflans est l’objet d’une campagne d’études et de restauration, au terme de laquelle une exposition-dossier sera organisée pour le présenter au public.
 

             

Fondation de Luxembourg. Tous droits réservés