Amis de Maurice Ravel

Fondation La Marck

Soutien à l'association des Amis de Maurice Ravel

 

Il a été décidé de soutenir l'association des Amis de Maurice Ravel, en raison de liens de sang avec les deux familles qui ont joué une rôle historique auprès du compositeur, les Godebski et les Saint-Marceaux. Ce soutien prendra la forme principalement de participation aux achats d'autographes du maître, qui sont destinés à rejoindre le fonds dédié de la BNF Musique. Tous les manuscrits de Ravel ont disparu de sa villa de Montfort-l'Amaury après la mort de son frère,  alors même qu'il avait été prévu de les conserver in situ dans le cadre d'un musée, ce qui rend encore plus nécessaire la reconstitution d'un fonds Ravel.

 

Il se trouve que le président des Amis de Maurice Ravel, Manuel Cornejo, a publié à l'automne 2018 la correspondance intégrale du maître, au terme de vingt ans de recherches, dans un ouvrage de plus de 1700 pages. Cet ouvrage servira de guide pour la reconstitution des archives et Manuel Cornejo était donc très bien placé pour mener l'opération. Son association œuvre inlassablement pour maintenir vivant le souvenir de Ravel, à travers des expositions, concerts, conférences et articles. La fondation La Marck se réjouit de lui apporter son soutien.

 

Les achats 2019 ont concerné :

- des essais de monogramme par MR  vers 1914, avant l'adoption du 

monogramme définitif (pièce unique)

- une CAS de MR et Maurice Delage à Robert Brussel (1904)

- une CAS de MR à Auguste Mangeot, écrite de Suisse où il travaille avec 

Igor Stravinsky (1913)

- une LAS de MR à Roland-Manuel, avec adresse sous forme de quatrain 

rimé à la manière de Mallarmé (1922, pièce unique)

- une CAS de MR à Georges Soulié de Morant, écrite de Lyons-la-Forêt 

où il séjourne dans la famille de Roland-Manuel (1922) 

- une LAS de MR à Marguerite Mauvernay (1922)

- une LS de MR à Antoinette Bécheau La Fonta, texte écrit par une  

amie (le Touquet, juillet 1933). Une des dernières correspondances du

musicien au moment des premières atteintes de la maladie. 

 

Ida et Cipa Godebski ont joué le rôle de famille d'adoption pour Maurice Ravel, qui appréciait fort la chaude ambiance qui régnait dans leur salon, ouvert généreusement aux artistes et aux écrivains, tels que Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, André Gide, Joseph Conrad, Arnold Bennett, Jean Hugo, Eric Satie, Ricardo Viñès, Déodat de Séverac, Florent Schmitt, Albert Roussel, Pierre Bonnard, Edouard Vuillard, ces deux derniers étant les peintres attitrés de la tribu, surtout dans la résidence de campagne des Godebski à Valvins, face à la forêt de Fontainebleau. Cipa était le fils du sculpteur Cyprien Godebski et le demi-frère de la fameuse Misia Sert. Leur salon se tint d'abord rue Saint-Florentin, puis rue de Chartres à Neuilly, enfin à partir de 1908 rue d'Athènes. Quand il s'est installé à Montfort-l'Amaury, Ravel descendait toujours à Paris à l'hôtel d'Athènes, situé en face de l'appartement des Godebski où il passait ses soirées. Il a dédié à Ida et Cipa la Sonatine, et à leurs enfants Jean et Mimi les Contes de ma mère l'Oye, avec l'espoir (déçu) qu'ils pourraient en créer la version pour piano à quatre mains, mais ils étaient trop jeunes et ont renoncé. La fondation La Marck a participé à la pose en 2019 d'une plaque rappelant le souvenir de Maurice Ravel rue d'Athènes, sur l'hôtel du 21. 

 

En 2020, nous avons commencé à acheter des correspondances écrites depuis le yacht Aimée à l’été 1905. Resituons l’affaire. En mai, Ravel est à nouveau exclu du prix de Rome. L’indignation est grande et la partialité du jury dénoncée. Misia, qui vient de divorcer de Thadée Natanson après avoir vécu avec lui l’aventure exaltante de la Revue blanche, a épousé le magnat de la presse Alfred Edwards, dont le journal le Matin prend fait et cause pour le compositeur. Le scandale est grand et le président du jury doit démissionner, remplacé en juin par Gabriel Fauré. Pour consoler Ravel, Misia l’invite à la croisière d’été du yacht Aimée (jeu de mots sur ses initiales), en compagnie d’Edwards, de Cipa et Ida Godebski, de Pierre Bonnard, Auguste Renoir et Pierre Laprade :

 

Pierre Bonnard, Misia Sert sur le navire d'Edwards, 1905. Fondation Bemberg, Toulouse.

 

Le navire vogue sur les canaux du Nord en direction des Ardennes, traverse la Belgique avec un arrêt à Liège, va à Amsterdam puis remonte le Rhin. Beaucoup des correspondances de Ravel au cours de ce périple sont sur papier à en-tête du yacht.

- une LAS de Ravel à Maurice Delage du 5 juillet 1905, vers Dusseldorf. Ravel est déçu de découvrir des rives pour l’instant plates alors qu’il s’attendait à des burgs sur des rochers à pic au milieu de sapins à la Gustave Doré. Il est en compensation fasciné par les usines métallurgiques qu’il visite au passage : 

 

Comment vous dire l’impression de ces châteaux de fonte, de ces cathédrales incandescentes, de la merveilleuse symphonie des courroies, des sifflets, des formidables coups de marteau qui vous enveloppent. Partout un ciel rouge, sombre et ardent… Ce que tout cela est musical ! aussi j’ai bien l’intention de m’en servir.

 

- une LAS de Ravel au même, du 6 juillet 1905 à Cologne. Il décrit un grave incident avec des soldats allemands qui ont mis en joue les passagers du yacht, mais Edwards a refusé de porter plainte pour éviter qu’une certaine presse ne s’empare de l’affaire. Il ajoute : Ce soufflet ne m’a pas empêché de goûter le charme de Cologne ; j’ai vu, le matin, le musée où il y a de beaux primitifs. La cathédrale est d’un effet prodigieux de loin. De près, elle reste belle, malgré que trop retapée.

 

Nous avons aussi pu acheter :

- une LAS de Ravel à Henri-Charles Petit, son propriétaire avenue Carnot, du 7 novembre 1917. Témoignage rare de la détresse du compositeur au moment de la guerre, qui n’arrive pas à payer ses loyers.

- un contrat dactylographié entre Ravel et la SBM de Monaco, pour un concert le 12 avril 1933, l’un de ses tout derniers, signé.

             

Fondation de Luxembourg. All rights reserved